Le Boulier chinois

Le Boulier chinois

Le Boulier chinois

Les Chinois et les Japonais considèrent encore à ce jour le boulier comme un instrument de calcul sûr et rapide. Les écoliers, fonctionnaires et commerçants le voient comme un outil indispensable dans leur vie quotidienne. Il n’est pas rare de les voir vérifier le résultat de la calculette sur le boulier afin d’être bien sûrs du résultat. Pour nous les Occidentaux, c’est un peu du « chinois ».
L’origine du boulier remonte à l’Antiquité et a subi bien des transformations au cours de l’histoire. C’est au XIII siècle qu’il devient à peu près ce qu’il est aujourd’hui, un instrument de calcul rapide et efficace (pour celui qui sait le manipuler avec dextérité naturellement). En Asie le boulier est considéré comme un art martial, il symbolise l’ordre, la méthode, la concentration et l’adresse.
Comme au judo, il faut passer non pas des couleurs de ceintures, mais des degrés de pratique, six dans un premier temps et ensuite les différentes dan’s. A la dixième, ils ont atteint le niveau maximum de maitrise du boulier.

Comme au judo, il y a des compétitions qui se déroulent avec de nombreux champions issus de 12 pays d’Asie différents, qui s’affrontent dans les disciplines les plus compliquées. Ne rêvez pas, il faut beaucoup de pratique et aussi de passion pour arriver à un tel niveau, les meilleurs se servent du boulier pour les différentes opérations de calcul, mais aussi pour des extractions de racines carrées et cubiques, du calcul d’intérêt et pourcentages. Un grand champion japonais a réussi à donner les résultats de 50 divisions en 1 minute 18 secondes… Avis aux amateurs, le défi est lancé !